Au stade des résolutions

Posté par Bruno le 5 janvier 2011

Le forfait de sa compatriote Kristina Franic pourrait offrir à Lidija Horvat les clés du jeu messin. A la Croate d’en faire bon usage.  Photo Pascal BROCARD

Le forfait de sa compatriote Kristina Franic pourrait offrir à Lidija Horvat les clés du jeu messin. A la Croate d’en faire bon usage. Photo Pascal BROCARD

La Coupe de la Ligue restera un bon souvenir. Ces six prochaines semaines, Metz jouera son avenir en championnat et sur la scène européenne. Première étape : la réception, ce soir, d’Issy-les-Moulineaux.

La campagne aboutie en Coupe de la Ligue véhicule, actuellement, un ressenti schizophrénique sur les bords de la Moselle.

Ce trophée, acquis de main de maître en Bretagne, peut en effet s’apprécier de deux manières distinctes : en se gargarisant de la dynamique de victoires soignées à Brest ; ou en classant l’épopée au rayon des bons souvenirs afin de se remobiliser pour les échéances importantissimes de ces six prochaines semaines.

Sébastien Gardillou a tranché en décelant le trait d’union idéal : «  Il faut se servir du capital confiance emmagasiné durant cette compétition. Mais nous n’avons pas à savourer ce succès car nos objectifs majeurs, championnat et Coupe des Coupes, se profilent ».

GRAND ANGLE

Pour ce retour sur la scène de la LFH quittée fin novembre, Metz se confrontera à Issy-les-Moulineaux. Un promu. Huitième du championnat. Deux maigres victoires au compteur. Et une ambition réduite à sa plus simple expression : le maintien.

Sans grande envergure, cet adversaire inspire toutefois le respect : «  Issy a décroché le nul à Toulon (6 e journée, 34-34). Ce n’est pas anodin », souligne l’entraîneur messin. «  Mais cet exploit, nous avons été le chercher alors que Toulon enchaînait son sixième match en quinze jours », tempère son homologue francilien Arnaud Gandais.

« Précipitation »

Excès de prudence d’un côté, discours empli de fausse humilité de l’autre, l’approche de cette rencontre, qui marquera la première étape d’un calendrier à hauts risques pour le club du président Thierry Weizman (déplacements à Nîmes, Brest, réception du Havre…), divise les protagonistes.

Comme souvent lorsque Metz donne le change à un adversaire d’un rang plus modeste, la vérité se situe à la marge des intentions initiales.

Sur la lancée d’une fin d’année 2010 prometteuse, il est bien difficile d’imaginer le septuple vainqueur de la Coupe de la Ligue chuter dans des Arènes heureuses de retrouver ses habituelles locataires.

Par contre, la mise en garde de l’entraîneur porterait davantage sur la capacité des Messines à balbutier leur handball : «  Cela a déjà été le cas cette saison face à Cergy ou Fleury, note-t-il. J’ai apprécié l’état d’esprit affiché dans le Finistère, mais nous avons encore des carences. Particulièrement en attaque où l’on relève, parfois, un excès de précipitation ».

Face à Arvor, cet entrain mal canalisé, notamment par la paire croate Franic-Horvat, n’a eu que très peu d’incidences. Sur le long terme, ces absences pourraient se révéler plus préjudiciables.

Les esquisses d’un plan de jeu assis sur une philosophie suivie en équipe de France (défense compacte et projection rapide vers l’avant), observées en rade brestoise, doivent désormais trouver leur prolongement dans la rudesse du championnat de France.

Allison Pineau, autoritaire dans son rôle de chef d’orchestre, se doit également de conforter son leadership naissant.

Enfin, la jeunesse messine, bardée de hautes responsabilités durant la Coupe de la Ligue «  Une très grande satisfaction », de l’aveu de Thierry Weizman – a un rôle à jouer en ce début d’année.

Alors finalement, qu’importe l’importance mineure accordée à ce déplacement en Moselle par Arnaud Gandais («  Il s’agit pour nous d’un simple match de préparation dans l’optique des confrontations avec Mios et Cergy à la mi-janvier »), Metz n’a pas à se soucier de la motivation des autres. Seul compte son avenir, qui s’écrit dès aujourd’hui…

Franic et Ringayen incertaines

La victoire en Coupe de la Ligue a laissé des traces dans les organismes messins.

Préoccupé, Sébastien Gardillou se fait très peu d’illusions sur la participation de Martine Ringayen et Kristina Franic à la première rencontre de championnat de l’année 2011.

La première nommée souffre d’une entorse du genou, la Croate d’une entorse de la cheville : «  Elles sont toutes les deux très incertaines ».

Leur absence, prévisible, déboucherait sur une redistribution des cartes. Ainsi, face à Issy-les-Moulineaux, son ancien club, Allison Pineau pourrait être positionnée sur le poste d’arrière gauche, ce qui laisserait à Lidija Horvat le soin de tenir le rôle de demi-centre.

Carolin Schmele, qui s’est révélée dans le Finistère, est quant à elle victime d’une angine blanche : «  Mais des trois, c’est la plus à même de jouer ».

Enfin, conformément à sa politique d’incorporation des jeunes, l’aréopage messin intègre Roseline N’Goli dans le groupe professionnel.

Jean-Michel CAVALLI.

(source : ww.republicain-lorrain.fr/)

Laisser un commentaire

 

SCARABE |
Aérobic Sportive |
coachdav |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Blog Infos du Bicross Club ...
| jebrach
| Manchester United 08/09