« Un homme heureux »

Posté par Bruno le 29 septembre 2009

Sepp Denni président de Saintes 

Le boss du hand saintais admet que son club est « sur une nouvelle dynamique » depuis l’arrivée de Franck Maurice. (archive G. Vallet) 

La D2 et sa réserve comptent chacune trois succès en trois matches. Un bilan qui ravit le président, désireux de rapprocher encore plus public et joueurs.

Joie et délectation ! Sepp Denni savoure ces six victoires en autant de matches, depuis que les championnats de D2 et de N2 masculines ont repris. Comblé par l’équipe fanion et sa réserve, le président du club de handball n’oublie pas non plus les moins de 18 ans. Car sa vision de la maison saintaise est périphérique. Et ses espérances sont multiples.

Tour d’horizon des projets et des attentes d’un club en bonne santé, porté par un boss alsacien qui respire le hand.

« Sud Ouest ». Ce week-end a été riche en succès. Vous devez être comblé ?

Sepp Denni. C’est le grand chelem. L’équipe première et la réserve ont remporté tous leurs matches. Et les moins de 18 ans, qui se cherchaient jusqu’à présent, se sont imposés également. Je suis un président heureux, d’autant que pour la D2, la bonne surprise est que nous nous retrouvons seuls en tête, puisque tous les cadors de la division ont perdu.

Avant le déplacement que j’attends avec impatience, celui prévu sur mes terres, à Sélestat, nous sommes donc dans une très chouette position. C’est bon pour le capital confiance. Car une nouvelle dynamique s’est installée.

Il semble que cette dynamique ne date pas de ce week-end. N’est-elle pas née à l’arrivée de Franck Maurice, la saison dernière ?

Sepp Denni président de SaintesCertainement ! C’est un Alsacien, comme moi. De plus, il a la culture de la gagne, un point sur lequel on se retrouve. Et cette année, il a pu effectuer un recrutement ciblé.

En tant qu’ancien « Barjot », son réseau ne doit pas être négligeable ?

Sepp Denni président de SaintesÉvidemment. C’est agréable de bosser avec Franck Maurice et Greg Demazoin (le coach de la réserve, NDLR), car ils savent ce qu’ils veulent. Il faut d’ailleurs savoir qu’un joueur comme Dupil était courtisé par des clubs de LNH (l’élite, NDLR).

On a six recrues. Pour l’instant, deux d’entre elles se mettent en évidence, mais ça n’est pas fini. Les jeunes vont surprendre ; je pense notamment à Le Goff ou Lamy. La moyenne d’âge de cette équipe a baissé, ce qui exclut la construction à court terme et nous permet de travailler sur du moyen terme. Au final, la masse salariale a été un peu diminuée, mais cela ne se ressent pas sur le terrain.

Dans l’actuel contexte de crise économique, à quoi ressemblent les finances du club cette saison ?

Sepp Denni président de SaintesUne dizaine de partenaires se sont retirés pour régler leurs propres problèmes en nous expliquant qu’ils reviendraient plus tard. Quelques-uns ont un peu baissé leur participation. Mais 36 d’entre eux ont signé un contrat triénnal et on peut déjà annoncer l’arrivée de cinq ou six nouveaux sponsors.

On observe un léger fléchissement, mais on stagne plus qu’on ne régresse. Je suis d’origine paysanne et mon grand père me disait : « Soit tu gagnes beaucoup, soit tu dépenses peu ; et si tu fais les deux, c’est encore mieux. » On s’y emploie en réalisant des économies au niveau de la communication.

Vous réaliserez tout de même une belle – mais gratuite – opération de communication demain, en envoyant l’équipe au contact de la population saintaise ?

Sepp Denni président de SaintesNous voulons rencontrer le public saintais ailleurs qu’au Grand-Coudret. Nous n’avons pas improvisé cette opération parce que nous sommes les leaders du classement. Si nous avions été cinquièmes, nous l’aurions fait également.

Demain, il y aura des dédicaces, des lots à gagner… Nous tournons en moyenne à 1 400, 1 500 spectateurs. Il nous reste donc 500 sièges à occuper.

C’est important, même si beaucoup de clubs français peuvent déjà envier notre public, dont le nombre est aussi le fruit du travail de nos partenaires, qui distribuent des invitations et font venir du monde. À tel point qu’au Grand-Coudret, c’est la fièvre du samedi soir tous les week-ends !

De quoi nourrir, à terme, l’ambition de jouer en LNH ?

Sepp Denni président de SaintesSaintes est une équipe dans laquelle beaucoup d’éléments sont des anciens de la maison. Ils souhaitent progresser. Et d’ailleurs, connaissez-vous un joueur qui n’ait pas envie de viser toujours un peu plus haut ? La LNH, c’est notre vocation. Mais ce n’est pas parce que nous avons remporté trois matches que nous allons nous enflammer.

Il faut attendre de voir, cette année ou plus tard, si nous parvenons à terminer quatrième ou troisième (une place dans le top 5 est visée cette saison, NDLR). Ce n’est qu’après cela que nous serons pris au sérieux, notamment par les partenaires, et que nous pourrons regarder vers le haut.

(1) Entre 18 h 30 et 19 heures, les joueurs de Saintes descendront le cours National pour se rendre place Bassompierre. Ils y rencontreront leurs fans.

Auteur : Thomas Villepreux
t.villepreux@sudouest.com

(source : www.sudouest.com)

 

Laisser un commentaire

 

SCARABE |
Aérobic Sportive |
coachdav |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Blog Infos du Bicross Club ...
| jebrach
| Manchester United 08/09